• Some of the earliest origins of karate have been traced to the island of Okinawa in the Ryukyu Island chain. It is thought that a native style of self-defense developed here called te, or hand in English. Okinawa is within close distance to the coasts of Japan, China, Taiwan, and Korea, thus there has been extensive influence from a number of Asian cultures in the subsequent history of this island. Karate as it has developed is thought to be an amalgamation of te with some prominent Chinese martial arts, such as Shaolin Temple Monk fist boxing. In early years, karate was translated as "Chinese hand" (kara=China/Chinese; te=hand).

    An early event germane to the development of karate, occurred in 1477 during the beginning of the newly formed Sho Dynasty (Reid & Croucher, 1983) . In order to manage unruly warlords, the king proclaimed a ban on the carrying of swords, and had all weapons, and the warlords themselves, brought to court, where they could be monitored. In 1609 when the Japanese annexed Okinawa, they maintained the ban on the carrying of weapons, however, Japanese samurai were exempt from this edict. It is suggested that during this time both the art of the hand, as well as weapon arts, or kobudo, were developing, with the nobility studying mostly te, and the peasant classes developing weapons systems based upon the use of familiar, and available tools, such as rice flails (nunchaku), mill grindstone handles (tonfa), sickles (kama), and other implements.

    On Okinawa, te began to develop into three similar, but distinct systems which were tied to the major geographical regions of Shuri, Tomari, and Naha. Reid & Croucher (1983) state that these differences may have emerged through the divergent influences coming into each region, with Shuri-te evolving more from the influence of the harder Shaolin Temple style under the likes of Sokon Matsumura, and Naha-te being more closely related to the "inner" Chinese styles which emphasized the cultivation of ki (a.k.a. chi), or life energy, and was fostered by Kanryo Higaonna. Tomari-te appears to adopt aspects of both the hard and soft of Shuri-te and Naha-te, and has been associated with Kosanku Matsumora. Towards the late 1800's, the Shuri and Tomari styles merged into what was called shorin-ryu (the small forest school), where shorin is the Okinawan pronunciation of "Shaolin" in Mandarin-Chinese. The shorin-based styles tend to be light and high in stance. Many styles have emerged from this line, including kobayashi-ryu under Chosin Chibana, matsubayashi-ryu under Shosin Nagamine, and the shorin-ryu of Yasutsune ("Anko") Itosu. Naha-te emerged as goju-ryu (hard and soft school) under the development of Chojun Miyagi, with the goju style placing emphasis on breathing and tension. Another school, shito-ryu is a combination of both goju and shorin styles, while uechi-ryu is very similar to goju.

    In the early 1920's, an Okinawan school teacher under the tutelage of Anko Itosu, named Gichin Funakoshi, was observed by the Japanese Emperor's son performing a display of Shuri-te karate. Funakoshi was subsequently invited to Japan to demonstrate karate for the nation, and later went on to be charged with incorporating it into the regular Japanese school curriculum. Funakoshi's adaptations to shorin-style karate later became known as shotokan, a name adapted from his own authored pen name. In 1935, a multi-style coalition of karate masters met to decide on a common name for their teachings, and "karate" was decided upon, with a slight change in the meaning to "empty hand", a decision which reflects the independent political stance at the time.

    Wado is a Japanese karate style founded in 1939 by Master Hironori Otsuka, which combines Master Otsuka's early experience with classical jujutsu with the shotokan karate he learned as a student of Gichin Funakoshi's. Wado, meaning the "way of peace/harmony", is one of the four major styles of karate in Japan and perhaps the purest form of karate-do (the way of the empty hands). Trained in classical bujutsu (the techniques of the samurai), Master Otsuka applied this outlook and experience to his teachings. Some of the harsher resistive or hard contact elements of sparring technique, typical of many karate styles, are not present in Wado. Master Otsuka rejected hardening certain parts of the body, such as hand conditioning, as useless preparation. At the time of his death, Hanshi Masaru Shintani was the head of Wado Kai karate for North America and was one of Master Otsuka's senior students.

    The aim of Wado karate is not merely perfection of the physical techniques of self-defense, but the development of a mind that is tranquil yet alive, able to react intuitively to any situation. In Wado, as skill and knowledge are acquired through training and concentrated effort, the student is expected to develop inner strength and calmness of character, as well as the virtues of self-control, respect for others, and true humility. Karate-do for Master Otsuka was primarily a spiritual discipline.

    Basic techniques - punching, kicking, blocking, striking with open hand, joint twisting, and trapping techniques - kata (a sequence of techniques done in certain order against imaginary opponents), and prearranged and free style sparring comprise the training foundation of this style. Equally fundamental to Wado is taisabaki, body shifting to avoid the full brunt of an attack, a technique derived from Japanese swordsmanship. Kumite (sparring) is usually judged on a point system; one referee and four corner judges determine which techniques are given a point. In free sparring, there is no contact allowed to the head, below the waist except for foot sweeps, or to the spine; only light to medium contact is allowed to the torso. Attacks to the head and torso can all score points in a tournament; therefore, Wado karate-ka tend to fight with explosive, close movements with an emphasis on well-controlled techniques.

  • Les premières origines du karaté remontent à Okinawa, une ile de l’archipel des Ryukyus. On estime qu’un style d’autodéfense nommé te, ou main en français, aurait été développé d’ici. Okinawa est située près des côtes du Japon, de la Chine, du Taiwan et de la Corée, ce qui explique pourquoi qu’autant de différentes cultures asiatiques ont influencé l’histoire de l’ile. Le karaté actuel est considéré comme étant un amalgame de te et d’arts martiaux chinois proéminents, dont la boxe chinoise à main nue des moines du Temple de Shaolin. À ses débuts, le karaté se traduisait par: main chinoise (kara = Chine/chinois ; te = main).

    Un évènement déterminant est survenu tôt dans le développement du karaté, au début de la dynastie Shō (Reid & Croucher, 1983). Le roi de l’époque a banni le port des épées pour mieux contrôler les seigneurs de guerre. Toutes les armes, ainsi que les seigneurs de guerre eux-mêmes, ont été portés devant les tribunaux et surveillés. Lorsque le Japon a annexé Okinawa en 1609, ils ont maintenu cette interdiction du port des armes, à l’exception des samouraïs japonais. On suppose que l’art du combat à main nue s’est beaucoup développé au cours de cette époque, ainsi que le kobudo, c’est-à-dire les arts martiaux avec armes. La noblesse aurait principalement pratiqué le te, alors que les classes paysannes auraient développé des systèmes d’armes non conventionnelles avec les matériaux qui étaient à leur disposition, comme le fléau pour décortiquer le riz (nunchaku), les poignées d’une meule de moulin à moudre (tonfa), la faucille (kama), et plusieurs autres.

    À Okinawa, le te s’est éventuellement divisé en trois systèmes distincts, mais semblables, d’après les grandes régions d’Okinawa, Shuri, Tomari et Naha. Les variances entre les styles reflétaient fort probablement les influences qui se trouvaient dans chaque région (Reid et Croucher, 1983). Le Shuri-te était majoritairement influencé par le caractère plus dur du Temple de Shaolin, et était mené par Sokon Matsumura. Le Naha-te, mené par Kanryo Higaonna, se rapprochait plutôt des styles chinois plus intérieurs qui encourageaient la culture du ki (ou : chi), ou de l’énergie vitale. Le Tomari-te, sous Kosanku Matsumora, combinait les aspects durs et souples du Shuri-te et du Naha-te. Vers la fin des années 1800s, les styles Shuri et Tomari se sont fusionnés pour devenir ce qu’on a appelé le shorin-ryu, ou l’école de la petite forêt, shorin étant la façon de prononcer Shaolin en mandarin d’Okinawa. Les styles dérivés du shorin se démarquent par leurs positions plus légères et hautes. Parmi les nombreux styles qui ont émergé de cette lignée sont le kobayashi-ryu sous Chosin Chibana, le matsubayashi-ryu sous Shosin Nagamine et le shorin-ryu mené par Yasutsune (Anko) Itosu. Le Naha-te est devenu le goju-ryu (l’école du dur et du souple) sous la direction de Chojun Miyagi. Le goju donne plus d’importance à la respiration et la tension. L’uechi-ryu est aussi très semblable au goju, et l’école du shito-ryu, pour sa part, est une combinaison des styles goju et shorin.

    Au début des années 1920, un enseignant d’Okinawa nommé Gichin Funakoshi qui pratiquait sous la tutelle d’Anko Itosu a été observé en train de pratiquer le karaté Shuri-te par le fils de l’Empereur japonais. Ce dernier a invité Funakoshi au Japon pour démontrer le karaté à la nation, et a ensuite été chargé de l’incorporer au programme scolaire japonais. Les adaptations de Funakoshi au style de karaté shorin sont devenues connues plus tard sous le nom de shotokan, un nom adapté de son propre pseudonyme. En 1935, une coalition de maitres de plusieurs styles de karaté s’est réunie dans le but de trouver un nom commun à leurs enseignements pour mieux refléter leur position politique de façon indépendante. Ils ont choisi karaté, changeant légèrement son sens pour signifier main vide.

    Le Wado, un style de karaté japonais fondé en 1939 par le Maitre Hironori Otsuka, combine le jujusu classique, appris initialement, et le karaté shotokan qu’il a appris en tant qu’élève de Gichin Funakoshi. Le Wado, qui désigne a voie de la paix et de l’harmonie est un des quatre styles dominants du Japon et possiblement la forme la plus pure de karaté-do (la voie de la main vide). Formé en bujutsu classique (les techniques du samouraï), le Maitre Otsuka a appliqué sa vision et ses expériences à ses enseignements. Plusieurs éléments des techniques de combat qui font appel à une résistance et un contact plus durs, et qu’on voit dans plusieurs styles de karaté, ne sont pas présents dans le Wado. Le Maitre Otsuka rejetait le durcissement de certaines parties du corps, comme l’endurcissement des mains, disant que c’est de la préparation inutile. Au moment de sa mort, c’est un de ses élèves séniors, Hanshi Masaru Shintani, qui menait le karaté Wado Kai en Amérique du Nord.

    Le but du karaté Wado n’est pas simplement de perfectionner des techniques physiques d’autodéfense, mais aussi de développer un état d’esprit à la fois vif et tranquille, capable de réagir intuitivement à n’importe quelle situation. Dans le karaté Wado, les habiletés et les connaissances sont acquis à travers une concentration d’effort et d’entrainement et les élèves sont appelés à développer une force intérieure et une tranquillité d’esprit, ainsi que les vertus de la maitrise de soi, du respect envers les autres et de l’humilité. Pour le Maitre Otsuka, le karaté-do était principalement une discipline spirituelle.

    Les techniques de bases (coup de poing, coup de pied, blocage, coup à main ouverte, la torsion des articulations et les techniques de piégeage), le kata (chorégraphie de techniques exécutées contre des adversaires imaginaires), et le combat libre et défini composent l’entrainement fondamental du style. Le taisabaki est également fondamental au Wado, c’est-à-dire le déplacement du corps pour évider de subir une attaque de plein fouet, une technique dérivée de l’escrime japonaise. Le kumite (combat) est évalué selon un système de pointage ; c’est un arbitre et quatre juges de coin qui déterminent les techniques qui méritent un point. Pour le combat libre, le contact au visage/à la tête est interdit, ainsi que sous la taille, à l’exception du balayage avec les pieds, ou d’un coup au dos. Le contact moyen est permis au torse. Une attaque à la tête et au torse peut mériter des points dans un tournoi ; les karatékas Wado ont donc tendance à favoriser les mouvements proches et explosifs lors du combat, mais démontrent surtout des techniques bien contrôlées.

  • SWKKF VISION STATEMENT

    The Shintani Wado Kai Karate Federation will be the premiere traditional karate and Shindo organization in North America, through the work of our highly skilled and dedicated instructors in developing unparalleled character, skill and pride in our students.

  • LA VISION DE LA SWKKF

    La fédération de karaté Shintani Wado Kai sera l’organisation d’excellence pour le karaté traditionnel et le Shindo en Amérique du Nord grâce au travail de nos instructeurs hautement qualifiés et dévoués dans le développement des habiletés, du caractère et de la fierté de nos élèves.

  • SWKKF MISSION STATEMENT

    The Shintani Wado Kai Karate Federation is an inclusive organization modeling Hanshi Shintani's kindness and humility, through the teaching of his traditional karate and Shindo.

  • LA MISSION DE LA SWKKF

    La fédération de karaté Shintani Wado Kai est une organisation inclusive dont l’enseignement du karaté traditionnel et du Shindo reflète la gentillesse et l’humilité exemplaires de Hanshi Shintani.

Last updated: April 8, 2022 | Shintani Wado Kai Karate Federation © 2022